Transalpinards – jour 1


Préambule : comme le voyage de l’année dernière s’était plutôt très bien passé, nous avons décidé de repartir cette année. Pour cette édition, on prend presque les mêmes et on recommence : Kévin nous abandonne pour partir avec sa moitié, Mika et Clément se sont dévoués pour préparer l’itinéraire du voyage, David retente sa chance en espérant aller un peu plus loin qu’un an auparavant, et Aurélien et Félix nous rejoignent, contaminés par l’envie de rouler une semaine dans les Alpes en bivouaquant. 15 cylindres seront donc de la partie !

Nous sommes 5 à partir de la région parisienne et nous prévoyons de rejoindre Félix, qui part de Lyon, directement à notre étape du soir. Le rendez-vous est fixé sur l’aire d’Achères la Forêt sur l’A6. J’y arrive bon dernier, bien en retard à cause d’une addition de petits contretemps. Les autres m’attendent en mangeant du chocolat ; c’est bon, ils n’ont pas l’air trop énervés.

Nous terminons la plaquette entamée pour nous donner le courage d’affronter la partie la plus chiante (n’ayons pas peur des mots) du voyage : l’autoroute jusqu’à Beaune, avec une pause sur l’aire de Venoy Grosse Pierre.

Une fois le supplice terminé, nous trouvons un supermarché pour trouver de quoi pique-niquer et faire le plein. Nous repartons à la recherche d’un coin sympa pour manger. C’est à Seurre, au bord de la Saône que nous déjeunons.

Et ta Seurre, elle pique-nique ?

Et ta Seurre, elle pique-nique ?

Redépart pour la suite du programme, mais pas grand chose de bien intéressant à signaler, à part que le soleil entre dans la partie pour l’après-midi et chauffe de plus en plus. Plus le temps passe, plus les routes tournicotent et plus on s’amuse ! Ça devient vraiment sympa en suivant la Loue, après une pause à Lods.

Lods

Lods

Nous continuons dans les gorges de la Loue et nous faisons une re-pause quelques kilomètres plus loin pour admirer la vue.

2016-08-01-transalpinards_003gorges-de-la-loue


Les gorges de la Loue Les gorges de la Loue

Puis nous continuons jusqu’à Morteau après avoir bien transpiré pendant les derniers kilomètres, la faute à « quelques » gravillons présents sur la chaussée. Nous attendons Félix, qui était parti faire le plein puis gagnons le camping nommé poétiquement le Cul de la Lune.

À peine arrivés, nous repérons le barbecue. Ni une ni deux, pendant qu’une moitié reste au camping pour commencer à installer les tentes, l’autre se met en quête d’une échoppe pour trouver quelques victuailles, de quoi les faire griller et de quoi les arroser – dans Transalpinard, il y a pinard, ce n’est pas pour rien ! – aujourd’hui, ça sera du Passetougrain. Nous avons tout, ou presque… Il manque les allume-feu. Qu’à cela ne tienne, 2 feuilles d’essuie-tout humectées d’essence dans le réservoir du R1 et le barbecue prend vie.

Les Transalpinards au complet !

Les Transalpinards au complet !

Voilà de quoi passer une bonne première soirée de voyage avant d’attaquer le vif du sujet le lendemain !


On the next episode : bye bye, la France, bonjour la Suisse !

Social tagging: > >

Laisser un commentaire