Balade hivernale dans le Vexin


En ce week-end hivernal, Hien a proposé une balade dominicale hors programme sur le forum de la CASIM. Ça tombe bien, je n’ai rien de prévu et le soleil est au rendez-vous, malgré le fond de l’air un peu frais.

Pull technique chaud : check
Sur-pantalon : check
Cagoule & tour de cou : check
​Gants chauffants câblés : check
​C’est bon, j’ai tout : go !

Après une petite demi-heure de route, j’arrive au point de rendez-vous : une station-service sur l’A15. Je suis dans les temps, mais bon dernier : Hien, Karine, Lionel, Gaétan et Géry sont déjà sur place. Mais alors que je m’approche du groupe, je les retrouve affairés autours de la CBF de Karine.

Mais que ce passe-t-il ?

Mais que ce passe-t-il ?

Il se passe que le pneu arrière de la CBF est à plat ; donc c’est atelier méchage de gommard pour bien commencer la journée ! Avec 3 kits mèche et six personnes, nous arrivons à nous débrouiller assez facilement…

Faut allumer la mèche avant ou pas ?

Faut allumer la mèche avant ou pas ?

Comme par hasard, le compresseur de la station ne fonctionne pas. Une fois la mèche posée, nous attendons une vingtaine de minutes pour que la vulcanisation opère. Nous claquons alors quelques cartouches pour regonfler un peu le pneu.

P1190033_r

Nous nous mettons en route pour la station-service suivante, à quinze bornes de là, pour que le pneu puisse être gonflé à la bonne pression. Le trajet se passe sans encombre, la mèche a l’air de tenir. Tandis que Karine regonfle son pneu, une Lotus (la voiture, pas le rouleau de PQ) arrive accompagnée d’une Catheram Seven vert Kawa swapée avec un moulin de ZX12R : 200 chevaux pour 700 kilogrammes… Nous échangeons quelques mots avec le proprio, qui va aussi faire un tour dans le Vexin.

Une fois le pneu à la bonne pression, nous repartons jusqu’à la prochaine sortie, deux kilomètres plus loin pour rejoindre Didier et Hervé qui nous attendent depuis une bonne demi-heure dans la brise glacée. Le groupe est maintenant au complet !

All aboard !

All aboard !

Nous pouvons alors commencer les choses sérieuses.

L’itinéraire du matin

Le parcours du matin est assez roulant. Nous parcourons les routes vexinoises à travers champs et forêts. Nous n’hésitons pas à prendre de l’angle, même en ligne droite pour contrer les effets du vent glacial qui souffle sur les plaines.

Nous faisons une pause sur la route des crêtes où un rassemblement de Porsche, toutes générations confondues nous accueille sur le parking au-dessus de la Roche-Guyon.

Comité d'accueil

Comité d’accueil


Pause sur la route des crêtes

Pause sur la route des crêtes

Pause sur la route des crêtes

Pause sur la route des crêtes

Nous profitons de la pause pour contrôler la pression du pneu méché : elle n’a presque pas bougé, RAS !

Avant d’aller déjeuner, nous faisons une boucle jusqu’à Vernon puis revenons le long de la Seine. Nous terminons le parcours matinal par une grimpette dans la réserve naturelle des Côteaux de la Seine, juste après Bonnières-sur-Seine puis nous redescendons jusqu’à la Roche-Guyon où nous tournons un peu pour trouver à se garer. Avec ce beau temps, pas mal de gens ont eu la même idée de balade que nous ! Après avoir trouvé une place, nous nous dirigeons vers le relais du Château pour remplir nos panses après avoir siroté un apéroSoffert par Karine qui s’excusait de nous avoir fait attendre dans ce matin venteux et qui nous remerciait de l’avoir aidée à réparer son pneu pour qu’elle puisse faire la balade.

Direction le resto

Direction le resto

Après le repas, vient le temps de la traditionnelle photo de groupe avant de reprendre la route.

P1190044_r

Lionel nous quitte car il a un objectif à atteindre à Rouen. Nous continuons alors la balade à sept. L’itinéraire de l’après-midi :

Le parcours s’avère moins roulant que le matin, avec son lot de routes à chèvres, de tôle ondulée, de gravillons, de terre, d’attaque canine, de lapin fuyant les chasseurs, etc… La routine Vexinoise, quoi !

Arrivés à Marines, Didier et Hervé arrêtent la balade. Après les avoir salués, nous repartons à 5 pour les trente derniers kilomètres. Les dernières encablures étaient de loin les pires de la journée, mais la bucolicitude du cadre compense amplement. ​Nous terminons la balade à Auvers-sur-Oise, autour d’une boisson chaude ou froide selon les envies en se remémorant les bons moments de la journée : il faisait froid, oui, mais qu’est-ce que c’était bien !

​Nous reprenons une dernière fois la route, alors que la nuit tombe. Le groupe s’étiole au fur et à mesure des kilomètres alors que chacun prend la direction de son foyer après cette journée bien remplie. ​

​Merci à Hien pour l’organisation de la balade, merci à Karine pour le pot du midi et le café du matin et merci aux compagnons de route d’avoir bravé le froid (et la maladie pour certains).

À bientôt pour de nouvelles aventures !

Social tagging:

Laisser un commentaire