Jour 2 : Thonon-les-bains – Chamonix


L’itinéraire du jour

 

Le ciel très nuageux au levé n’est pas très encourageant, mais aujourd’hui, pas de tentes à ranger ! Nous repartons donc rapidement du camping et sortons de Thonon après avoir fait le plein et quelques courses, le temps que le soleil fasse son apparition. Nous suivons alors les gorges du Pont du Diable pour s’échauffer tranquillement sur la route qui serpente le long de la Dranse, jusqu’à Morzine. Faisant fi du panneau indiquant que le col de Joux était fermé, nous continuons la route vers Samoëns et ce qui devait arriver arriva : la route était belle et bien fermée à 2/3 kilomètres du col…

Sur la route du col de Joux

Sur la route du col de Joux

Un couple de cyclistes nous dit qu’ils ont vu passer des motos ; après moult tergiversations, nous décidons de tenter le passage du col. Après avoir contourné la première barrière de plots en plastique nous montons tranquillement en slalomant entre les graviers et les pierres qui parsèment la route pour arriver sur le pourquoi de la fermeture de la route : un bel éboulement de terrain qui a laissé une portion d’un mètre de largeur de bitume sur la route avec à gauche la falaise et à droite, le vide…

N’écoutant que notre inconscience, nous continuons vers le sommet du col en regardant bien loin devant lors du passage étroit, en serrant les fesses et en croisant les doigts pour ne pas que la route continue de s’effondrer. Les 5 motos passent sans encombre mais je manque de finir par terre quand, aillant mal jugé la largeur de ma moto avec les valises, je passe un peu trop près d’une autre barrière de plots en plastique.

Une épingle plus loin, nous voici dans la dernière ligne droite avant le col et s’offre alors à notre regard cette magnifique barrière en béton, toute de gris vêtue, qui barre l’intégralité de la route en ne laissant qu’une bande de terre de moins d’un mètre de large, boueuse et en pente, comme seul passage. Kévin propose de passer par le talus, facile quand on a un trail ! Mais avec nos quatre routières, c’est voué à la grosse galère, voire à l’échec… La seule option restante est de faire demi-tour et de repasser par la partie de route où se trouve l’éboulement ; toujours en regardant loin, toujours en croisant les doigts, toujours en serrant les fesses…

Sur la route du col de Joux (bis)

Sur la route du col de Joux (bis)

Les 5 motos repassent sans encombre et nous redescendons par la même route jusqu’à Morzine. Après un bref coup d’œil sur la carte, direction Les Gets puis Tanninges pour pouvoir rejoindre Samoëns en contournant le col de Joux. Nous poursuivons sur notre lancé jusqu’à Sixt-Fer-à-Cheval puis presque en roue libre jusqu’au cirque du même nom, subjugués que nous étions par la beauté de ce décor naturel qui s’offrait à nos yeux.

P1170726 Sixt Fer a cheval


Cirque du Fer à Cheval Cirque du Fer à Cheval

Nous laissons les bécanes au parking et partons en quête d’un endroit où pique-niquer. C’est au bord d’un torrent descendant tout droit des montagnes que nous jetons notre dévolu ; endroit ombragé pour s’abriter de la chaleur ambiante et permettant de se tremper les pieds dans l’eau fraiche tout en contemplant le cirque… Bonheur !

Après le repas, direction la terrasse du bar/restaurant pour les glaces ou cafés. Puis nous décidons de reprendre la route vers Chamonix. La portion n’est pas très intéressante à rouler, mais les paysages magnifiques compensent largement le manque de virages. Quelques kilomètres avant d’arriver à destination, les panneaux nous indiquent des bouchons, nous sortons alors de la voie rapide pour arriver par les petites routes.

Nous arrivons au pied du téléphérique de l’aiguille du midi, qui a fermé quelques minutes plus tôt… (tiens, il me semble déjà avoir vécu ça… J’y arriverai un jour ! ). Nous nous installons alors au camping, avec vue sur le Mont-Blanc, puis partons boire un coup en ville.

Chamonix

Chamonix

Les terrasses sont blindées à cause du festival de jazz qui se déroule actuellement, mais nous finissons par trouver notre bonheur et dégustons une bière de la brasserie du Mont-Blanc (qui comme son nom l’indique est brassée à… Chambéry – cherchez l’erreur – mais avec de l’eau du source du Mont-Blanc – quand même !) en compagnie d’insectes étranges…

Mais quel est cet étrange animal qui butine les géraniums ? [*]

Mais quel est cet étrange animal qui butine les géraniums ? *

Mais ce ne sont pas quelques bestioles qui nous empêchent d’admirer la vue alentour.

Coucher de soleil sur les montagnes au dessus de Chamonix

Coucher de soleil sur les montagnes au dessus de Chamonix

Nos estomacs commençant à crier famine, nous retournons tranquillement au camping à la lumière du soleil couchant, non sans avoir fait quelques emplettes pour l’apéro. Nous raisonnons David en passant devant le camion à pizzas à quelques centaines de mètres du camping : demain nous passerons en Italie, on y mangera une « vraie » pizza italienne ! Malheureusement, entre ce qu’on dit et ce qu’on fait… Mais je m’égare, ceci est une autre histoire ! La journée n’est pas tout à fait terminée.

Coucher de soleil sur le Mont-Blanc

Coucher de soleil sur le Mont-Blanc

De retour au camping, nous prenons l’apéro et dinons. Les néo-campeurs du groupe peuvent inaugurer avec fierté leurs nouvelles acquisitions : réchaud, popotes, et consort ( – Dis, tu me prêtes ta tasse ? – Quoi, avec la place que tu as dans ton tank, tu n’en as pas ?! Ben tiens alors)

Une fois repus, nous continuons nos discussions à la lueur des lampes frontales (« Arrête de me regarder dans les yeux, je te dis ! ») puis nous gagnons nos couches respectives pour se reposer car la journée suivante promet d’être intense au vu de l’itinéraire qui nous attend.

Et elle le sera ! Mais pas de la manière dont on l’attendait… (ouh, le suspens !)


* EDIT : l’insecte en question est un moro-sphinx, de la même famille que les papillons de nuit, mais il est diurne ; merci papa ! D’ailleurs, petite blague de son cru (comme quoi, c’est de famille)

« J’imagine que s’il ressemblait à un bovidé, on l’appellerait moro-vache. » – Papa

Social tagging: >

Laisser un commentaire