Jour 11 : Vauvert – Lannemezan


Itinéraire du jour

Ce matin, c’est le retour du lever sous le soleil : cool ! Levé de bonne heure (et de bonne humeur) car pas mal de route à faire, je prends mon petit-déjeuner en finalisant mon itinéraire du jour. Après avoir empaqueté le matos, direction les courses. J’en profite pour me racheter une nouvelle paire de lunettes de soleil car j’ai cassé la mienne hier – décidément ! Une fois les emplettes terminées, j’enquille l’autoroute. Je vous épargne la grosse heure et demi d’ennui profond et vous téléporte directement à Rivesaltes, bande de chanceux. À partir de là, plus d’autoroute : j’enquille la départementale plein ouest. Il n’y a pas encore trop de virolos, mais les montagnes qui se dessinent en toile de fond ne présagent que du bon !

Après une pause café à Estagel, je continue sur la départementale. À Saint-Paul-de-Fenouillet, le manque de virages depuis le départ et un panneau indiquant « Gorges de Galamus » me font dévier de l’itinéraire prévu. Bien m’en a pris, ces gorges sont superbes ! Par contre, le seul endroit pour se stationner et prendre une photo est au tout début et je n’ai pas jugé bon de m’y arrêter en pensant pouvoir le faire plus loin… Pour vous donner un aperçu, en voici une trouvé sur internet.

Gorges de Galamus (image Wikipedia)

La route des gorges est très étroite (juste un peu plus large qu’une voiture ; à droite la falaise, à gauche le vide. Mais quel décor sublime. Même en roulant doucement, le kilomètre et demi des gorges est trop vite passé ! Et même pas de possibilité de faire demi-tour, la circulation est en sens unique. Dommage !

Après les gorges, la route suit quelques temps la rivière puis continue dans une forêt. Elle reste étroite et tortueuse, parfois gravillonnée, donc le rythme est faible, mais il n’y a personne et les premiers cols apparaissent ; c’est le pied !

Le premier col de la journée (bon en fait, c'était le deuxième, mais je ne me suis pas arrêté pour faire une photo au premier...)

Le premier col de la journée (bon en fait, c’était le deuxième, mais je ne me suis pas arrêté pour faire une photo au premier…)

Je rejoins ensuite Quillan et poursuis sur quelques kilomètres pour trouver un coin sympa pour le déjeuner. 2 tables de pique-nique dont une occupée par un couple : je me dirige vers celle qui est libre. « Attention, il y a plein de guêpes sur l’autre table, venez ici » – « ok, merci du tuyau ! » Ils me font de la place pour que je m’installe sur la table qu’ils ont monopolisée. Je déballe mes affaires et ouvre ma boîte de crudités en me renversant la moitié de la sauce sur moi… Ça, c’est fait. Le couple me tend quelques serviettes pour m’éponger. Une fois les avoir remerciés et avoir essuyé le plus gros des dégâts je commence à manger. Bien sûr, j’ai oublié mes couverts de camping dans les Bauges, donc je me contente de la mini « fourchette » fournie avec les crudités qui bien évidemment se casse en 2 au bout de quelques bouchées… Oh, il m’énerve ce repas ! Le couple d’à côté me dépanne une nouvelle fois d’une fourchette en plastique. Heureusement qu’ils étaient là pour me sauver mon repas ! Pas de nouvel incident à déplorer jusqu’à la dernière bouchée du dessert malgré une guêpe qui voulait m’en piquer la moitié.

Heureusement que la vue était sympa pour compenser les petites galères du repas

Heureusement que la vue était sympa pour compenser les petites galères du repas

Je continue un peu la route, toujours vers l’ouest, pour aller prendre le café au col de Port – drôle de nom pour un col, on ne voit même pas la mer…

P1170973 col de port


Panorama depuis le col de Port Panorama depuis le col de Port

Puis le col de Portet-d’Aspet…

aspet

… Et celui de Menté, où j’ai une curieuse impression de déjà-vu en arrivant au sommet et en voyant la configuration des lieux. Je tourne la tête et je suis accueilli par des animaux… en bois. Ah mais oui, je reconnais, j’y suis passé l’année dernière, en balade avec mon cousin ; il y avait juste « un peu » plus de brouillard…

P1170983 col de Mente


Sculptures animales au col de Menté Sculptures animales au col de Menté

La descente du col est en travaux et donc pleine de gravillons, la prudence est de mise. Heureusement, ils ont eu la bonne idée d’en mettre seulement dans les bout droit et d’épargner les épingles ; c’est mieux ! Arrivé en bas, je peux soit prendre vers le nord pour rejoindre mon point de chute par la nationale, soit partir vers le sud pour rallonger un peu la balade. Il est encore tôt, je valide la deuxième option. Je descends alors jusqu’à Bagnères-de-Luchon puis bifurque pour faire le col de Pierre-qui-roule Peyrsourde. Une belle route, du beau temps, presque personne sur la route : le pied !

P1170996 col de peyresourde


Panorama au col de Peyresourde Panorama au col de Peyresourde

Après une grosse pause en haut du col, afin de reprendre des force pour la dernière partie de la balade, j’entame la descente jusqu’à Arreau. De là, je repique vers le nord, le long de la Neste. La route serpente le long de la rivière, parfait pour terminer la journée. Je prends ensuite des petites routes et passe par un mini col bien planqué…

Un col bien caché

Un col bien caché

… Et des villes aux noms étranges.

... à tous !

… à tous !

Je parcours tranquillement les derniers kilomètres restant pour arriver chez Eira et Mars. Je les attends quelques minutes car ils sont partis faire des courses avec Crichtine, arrivée un peu plus tôt dans l’après-midi.

Après une douche salvatrice, nous entamons un apéro bien mérité ; je n’en ai pas pris hier, alors il faut que je me rattrape ! Nous enchaînons sur le dîner bien copieux afin de prendre des forces en prévision de la balade du lendemain. Mars prépare ensuite l’itinéraire pendant que nous papotons en observant les étoiles. Puis nous allons nous coucher car il n’est déjà plus très tôt et demain, debout pas trop tard pour profiter au max de la journée et commencer les préparatifs du retour pour Eira et Mars.


On the next episode : où il est question d’échangisme… de motos

Social tagging:

Laisser un commentaire