Jour 2 : 28/08/14 – Chambéry/Chamonix


L’itinéraire du jour (177 km)

Debout pas trop tard, le soleil brille déjà de mille feux. Vite vite, il faut en profiter ! Un petit déjeuner et hop, je me remets à la préparation des itinéraires, qui me prendra finalement pas mal de temps.

En définitive, je pars à 11h après avoir réparé un tiroir récalcitrant, fait un brin de ménage dans mon squat et trouvé une cale en bois pour ma béquille (non, je n’ai pas pris le bout de plinthe !)… Direction Annecy en passant par le col des Prés et Lescheraines dans le massif des Bauges.

Annecy


En arrivant vers Annecy En arrivant vers Annecy

Passer par Annecy en plein milieu de journée la dernière semaine d’août ne s’est pas avéré être une très bonne idée… Il fait –très– chaud (36°C) et le traffic est dense : je cuis sous le cuir, vivement que je m'échappe de là ! Je sors de la ville et prends un peu de hauteur jusqu’au col de la Forclaz pour la pause sandwich au-dessus du lac. Ça a quand même une autre gueule qu’au bord de la départemental la veille ! Le pique-nique se passe au rythme des parapentes qui s'élancent d'un peu plus haut pour aller survoler le lac.

Annecy part 1


Annecy part 2
P1100293 pano3 Col de la Forclaz 2
P1100299 pano3,5 Col de la Forclaz 3
Col de la Forclaz de Montmin Col de la Forclaz de Montmin

Après un café, c'est parti pour la descente digestive du col. Arrivent ensuite des grandes lignes droites soporifiques pour quelques kilomètres donnant l'impression que le temps ralentit.

Je commence alors l’ascension du col de l’Arpettaz pour retrouver le cours normal du temps… mais juste derrière un camion-citerne… La route n’est vraiment pas large, il y a 15 centimètres de chaque côté du camion, impossible de passer, je vais devoir prendre mon mal en patience… Au bout de quelques -interminables- minutes, le conducteur me repère et se tasse pour me laisser passer. Au top le chauffeur ! C’est parti pour la montée. Mais le revêtement s’avère vite être complètement pourri entre trous et graviers. Tant pis, je profite du paysage et des passages en sous-bois.

Ascension en sous-bois

Ascension en sous-bois

Et comme dirait un grand sage :

Bah ! … Finalement, c’est pas si désagréable de se traîner comme une larve de temps en temps ! … On n’est pas crispé sur le pilotage… On a le temps de rêvasser… Le soleil brille… Le moteur ronronne…

– Edouard Bracame

J'arrive alors au col de l'Arpettaz, l'occasion de faire une pause en admirant le paysage.

Aspertaz


Col de l'Arpettaz Col de l’Arpettaz

Dans la descente du col de l'Arpettaz


P1100350 descente aspertaz Dans la descente du col de l’Arpettaz

Je redescends le col et, arrivé sur la D1212, le bitume redevient un billard ; la route est large et j’oublie tout ce que j’ai dit juste avant sur les larves : GAZ ! J’arrive rapidement à Megève et pousse jusqu'à Combloux pour faire une pause café avec vue sur le Mont-Blanc

Combloux - vue sur le Mont-Blanc

Combloux – vue sur le Mont-Blanc

Je passe ensuite à Saint-Gervais pour rejoindre Chamonix : direction le téléphérique pour monter à l’Aiguille du Midi ; dommage, le dernier départ à eu lieu 5 minutes avant. À la place, j'ai le droit à une belle brochette de ninjas…

Non, des ninjas, mais moins tortues !

Brochette de Ninjas

Brochette de Ninjas

Bon, il est encore tôt, mais il faut quand même que je trouve un camping pour ce soir. Je décide donc de rester là et de me garder le Grand Saint Bernard pour le lendemain matin. Le camping est complet, mais le proprio arrive à me dégoter une place. J’ai bien choisi mon jour, ça tombe en plein pendant l’Ultra Trail du Mont-Blanc : ce soir, c’est l’arrivé de l’OCC (Orsières – Champex – Chamonix) – 53 km de trail en montagne avec 3300 mètres de dénivelé positif. Après avoir monté ma tente, je file au centre-ville pour siroter une bière au génépy de la brasserie du Mont-Blanc, face au Mont-Blanc – on ne peut pas faire plus local ! (Sauf que j'ai appris par la suite que la brasserie du Mont-Blanc, comme son nom l'indique, se trouve à Chambéry… Mais la bière est brassé avec de l'eau captée au Mont-Blanc ; quand même).

P1100373


Une Mont-Blanc face au Mont-Blanc Une Mont-Blanc face au Mont-Blanc

Une fois rafraîchi, je fais un tour dans la ville bien animée pour l'arrivée de la course.

P1100415 Chamonix OCC 2014


P1100419 Chamonix OCC 2014
P1100425 Chamonix OCC 2014
P1100446 Chamonix OCC 2014
Les dernières centaines de mètres de l'OCC - délivrance pour les uns, calvaire pour les autres Les dernières centaines de mètres de l’OCC – délivrance pour les uns, calvaire pour les autres

P1100473 Chamonix brancard

Et pendant ce temps, les secouristes s'amusent

Pendant ce temps, à Verra-Cruz les secouristes s’amusent

​La nuit tombe doucement ; j'en profite pour regagner le camping et manger un morceau pour prendre des forces : demain, j'ai un gros chien à gravir !


<

p style= »text-align: justify; »>On the next episode : au revoir la France, bonjour la Suisse et l'Italie !

Social tagging:

Laisser un commentaire