Jour 1 : 27/08/14 – Paris/Chambéry


Préambule

Un mois avant mes vacances, un plan pour aller faire une semaine de moto dans les Vosges tombe à l’eau. Bon, il faut que je trouve une autre destination. Il y en a une qui me trotte dans la tête depuis un moment : les Dolomites. Pourquoi pas ? Go ! J’achète le guide Michelin des Alpes à moto pour avoir une partie des road-books, les deux cartes qui couvrent tout le nord de l’Italie et un petit lexique français/italien, histoire de pouvoir baragouiner deux/trois mots au cas où. Je crois que j’ai tout ce qu’il me faut, il n’y a plus qu’à !

L’idée de ce voyage est juste d’avoir un objectif de route, quelques bouts d’itinéraires pour y arriver et de partir avec ma b… écane et mon couteau. Pour l’hébergement, ça sera en camping, trouvé le moment venu, sauf cas de force majeur et sauf pour la première nuit. Rien n’est réservé à l’avance, tout est à l’arrache.


À vos marques – Prêt ? – C’est parti !

L’itinéraire du jour :

Comme d’habitude avant un gros départ, j’ai mal dormi. À la fois angoissé à l’idée d’aller seul dans un pays dont je ne parle pas la langue mais surtout excité d’aller découvrir de nouvelles routes et les paysages qui vont avec. Comme d’habitude, il me reste une tonne de choses à faire avant de partir. Au moins, ce soir, je sais où je vais faire étape, donc pas de stress de ce côté. Petit-déjeuner, finalisation des bagages, dernières courses, brin de ménage, 2ème petit-déjeuner (hobbit style). C’est bon, je peux partir !

Il est 11h19, je prends enfin la route ! Oula, ça fait longtemps que je n’ai pas roulé sur Kawette en configuration GT. Les réactions sont plus lentes que d’habitude, il va falloir se réhabituer au chargement. Ça tombe bien, cette première journée va me permettre de reprendre tranquillement mes marques pendant le trajet qui va être de moins en moins rectiligne. J’enquille directement l’autoroute pour sortir rapidement de la région parisienne. À Fontainelbleau, je trouve le temps long ; à Auxerre, j’en ai marre ; à Nitry, je n’en peux plus et décide de sortir. Je mets alors le GPS en mode le plus rapide sans passer par les autoroutes : direction Avalon pour longer le Morvan, puis Saulieu. Pause sandwich à Liernais sur le bord de la départementale, un peu avant Arnay-le-Duc. Pas très glamour comme endroit pour un pique-nique, mais ça fera l’affaire, avec les vaches bourguignonnes qui louchent dangereusement sur mon casse-dalle. Notez bien le paysage…

P1100249


Meuh ? Tu me donnes ton sandwich ? Meuh ? Tu me donnes ton sandwich ?

Direction Chalon-sur-Saône, Bourg en Bresse…

Église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou - Bourg-en-Bresse

Église Saint-Nicolas-de-Tolentin de Brou – Bourg-en-Bresse

… puis Ambérieu-en-Bugey où les routes commencent enfin à être intéressantes. La D1504 parcourt le Bugey, en partie à travers des gorges pour arriver en surplomb du lac du Bourget.

Pause bugiste à Cheignieu-la-Balme

Pause bugiste à Cheignieu-la-Balme

Juste avant le lac, je traverse une ville qui doit être aimée des metalleux(ses).

\m/

\m/

Je longe le lac sur quelques kilomètres à peine puis traverse Le-Bourget-du-Lac. La fin du parcours n'est plus très loin maintenant.

Les Bauges en point de mire

Les Bauges en point de mire

J’arrive vers 19h dans mon squat du soir au cœur des Bauges, au-dessus de Chambéry – merci sœurette ! Après un jeu de piste pour trouver les clés (non, je n’ai pas vu Passe-Partout, mais j’aurais gagné deux parts de gâteau aux pommes), je prends mes quartiers.

Dans la soirée, je profite d’avoir accès à un ordinateur pour terminer mes itinéraires (à l’arrache, je vous dis !). L’heure tourne rapidement et il m'en reste 2/3 à paufiner ; tant pis, je laisse tomber et je vais me coucher ; je finirai demain matin avant de partir.


On the next episode : après avoir repris tranquillement et progressivement mes marques avec la kawette chargée lors de cette première journée, je vais pouvoir passer aux choses sérieuses.

Social tagging:

Laisser un commentaire