Week-end CASIM78 2014 – Les Ardennes – Jour 2


8 juin 2014 : boucle de 260 km

Nous nous levons sous un ciel de plomb et la pluie commence à tomber quelques minutes après. Mais c'est sans compter sur le dicton légendaire : il ne pleut jamais avec la CASIM78 ! La pluie s’estompe alors nous finissons le petit déjeuner et le ciel se dégage pendant que nous nous préparons. Et c’est sous un magnifique ciel bleu que nous partons pour la 2ème journée ardennaise. Direction Bouillon et son château surplombant la Semois pour une pause touristique, en passant par des routes qui vont tout droit. Ce qui permet à l’humidité matinale de sécher pour nous laisser un terrain de jeu idéal pour le restant de la journée.

P1090655


Bouillon Bouillon

Les châteaux, c’est bien beau (surtout celui-là), mais on est là pour les virolos ! C’est parti pour la découverte des Ardennes Belges jusqu’à Orchimont. Les routes sont belles et propres, ce qui permet d’enrouler les virages et de rétrécir les bandes de peur en toute sécurité. Après quelques aller-retours sur un spot de virages vraiment intéressant dans lequel le gromono a voulu jouer avec le 4 pattes sportif, les estomacs commencent à descendre dangereusement vers nos talons. C’est donc parti pour le port de Dinant pour la pause casse-croute. Les jours se suivent et se ressemblent pour les gens du premier groupe qui confient leurs provisions au gens du troisième, surtout que ces derniers sont partis faire la reconnaissance du début de l’itinéraire de l’après-midi avant de déjeuner… Mais tout vient à point à qui sait attendre et les sandwiches arrivent à bon port…

Le port de Dinant

Le port de Dinant

L’après-midi débute par un tour de la ville à un rythme d’escargot pour bien profiter du paysage avec les falaises surplombant la ville et de la chaleur écrasante (merci à la voiture roulant à 10 kilomètres par heure pour rien…).

Un feu de chantier ? Pas de problème : juste le temps pour une photo !

Un feu de chantier ? Pas de problème : juste le temps pour une photo !

Puis nous repartons vers la frontière pour repasser du côté français. Mais à cause d’un GPS malicieux nous bifurquons au mauvais endroit et perdons les 2 autres groupes qui sont restés dans le droit chemin. Pas grave, en moins de temps qu’il n’en faut pour boire un rafraîchissement/faire une sieste, Rémi et Baptiste nous concoctent un itinéraire de retour à la volée et nous voilà reparti sur les routes !

Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, après une dernière pause photo sur un point de vue dont je n’ai pas noté le nom, il faut ramener les chevaux à l’écurie.

Le panorama mystère

Le panorama mystère

Pour le dernier repas, nous avons droit à un serveur mystère qui a préféré rester anonyme en gardant son casque pour le service.

Some say he is the Stig

Some say he is the Stig

Pendant le repas, nous voyons le ciel s’assombrir gravement : les nuages arrivent et les éclairs commencent à poindre. En prévision de cette nuit apocalyptique, certains planquent leur monture sous les arbres, d’autres préfèrent les mettre sous bâche et restent à côté pour leur raconter des histoires afin de les rassurer, tandis que le tonnerre retentit au loin.

Finalement, l’orage nous a contourné et aucune goutte ni grêlon ne sont venus perturber le repos des motos.

Social tagging: >

Laisser un commentaire